Le viager

La vente en viager d’un bien immobilier est une pratique courante en France chez les personnes âgées.

Acheter en viager: mode d’emploi

Tour d’horizon de cette pratique souvent considérée à juste titre par les acheteurs comme une bonne affaire.

Acheter en viager un bien immobilier consiste à payer l’achat du bien en versant une rente à vie au vendeur plutôt que de débourser comme dans les ventes classiques la totalité du prix de vente en une seule fois.

Cette solution souvent choisie par les personnes âgées à maigre ressource permet au vendeur de disposer de son bien jusqu’à sa mort (usufruit) tout en touchant chaque mois, trimestre ou année, une rente substantielle qui lui servira à améliorer son ordinaire.
La vente en viager peut être libre ou occupée, c’est à dire que le vendeur peut soit décider de jouir de son bien jusqu’à sa mort soit décider d’aller vivre ailleurs (en maison de retraite par exemple).

Le montant de la rente tient évidemment compte de l’occupation ou non du logement.
Généralement le prix d’un bien occupé est décoté de – 50% si le vendeur a 70 ans, – 40% s’il a 80 ans.

Quand un bien n’est pas occupé, la valeur de l’immeuble tient compte des prix pratiqués sur le marché immobilier.
Si le logement est loué à un tiers au moment de la signature du viager, les loyers seront perçus par l’acheteur ou par le vendeur si celui-ci demande à conserver l’usufruit du bien.

La plupart du temps, un viager suppose le versement d’une partie de la valeur du bien lors de la signature, le reste étant versé sous forme de rente à vie.
Le montant de la rente est fixé librement entre les parties mais généralement, le taux de la rente se réfère aux tarifs établis par les compagnies d’assurance, la caisse nationale de prévoyance et les notaires.

En fonction de la valeur du bien, de l’âge du vendeur appelé crédit rentier et de son espérance de vie, le prix total de la vente sera évalué au plus juste.>
La vente en viager est ouverte en théorie à tout propriétaire quelque soit son âge. En pratique, seules les personnes âgées y recourent et trouvent facilement acquéreur du fait de leur espérance de vie réduite.

Dans tous les cas, le vendeur ne doit pas être atteint d’une maladie pouvant entrainer la mort. Si la personne meurt dans les 20 jours suivant la signature du contrat, la vente est annulée.

La vente en viager est une vente immobilière classique et doit par conséquent faire l’objet d’un acte notarié.
Les frais (honoraires, droits d’enregistrement, de timbre, frais de publication, etc.) sont à la charge de l’acheteur.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.